Apprendre à dire au revoir.

Apprendre à dire au revoir.

J’ai toujours trouvé ridicules les discours de réinvention de soi, notamment ceux qui pullulent sur le net, à base de « oui j’ai changé et j’ai trouvé la voie, la lumière, la carte, la boussole, le jour, la nuit et le tri des déchets… » surtout qu’ils s’assortissent en général d’une référence bien lourde à une psycho-philo-pipo asiatisante, type « méditation holistique » ou « bouddhisme pour les nuls et les coachs ».

La blague cependant -et la beauté du paradoxe-, c’est que c’est exactement ce qui m’arrive.

Mais rassurez-vous, je ne vais pas vous faire du prosélytisme: chacun suit sa voie, son chemin, sa croix ou son croissant… J’ai trouvé la mienne, voilà tout, par hasard et dans un livre ; il fallait bien que ça soit là que ça se passe.

Cependant j’ai changé, je change et je me rends compte que je ne peux pas tout faire, donc que des choix sont devant moi : je dois élaguer, alléger, choisir; Faire moins pour faire mieux, voire même simplement pour « faire », au fond.

Je reste très content de ce que j’ai fait sur ce blog depuis toutes ces années, de ce cap que j’ai toujours tenu sur un propos construit et une pensée -autant que possible- originale et « sans connivence » même si du coup il ne m’a jamais rien apporté (je compte encore sur les doigts d’une seule main les livres qu’on m’a offerts pour le blog en … 10 ans?). Je repense aussi à tous les gens que j’ai croisés grâce à lui, tous les chemins ébauchés ou empruntés un moment, impasses pour la plupart, détours, détentes, distractions. Tous m’ont pris et m’ont donnés des choses… y compris des ulcères et des cheveux blancs; quelques fous rire aussi parfois… avec ou contre eux (et le comique égotique).

Mais enfin au revoir n’est pas adieu; je ne disparais pas, je ne suis pas loin et vous pouvez toujours me joindre sur Facebook. Je pense très sincèrement que je n’arrêterai jamais vraiment de bloguer (ni de me faire une foule « d’ennemis virtuels » qui me trouve si méchant et arrogant et puis aigri aussi etc…) mais j’ai besoin de faire autre chose dans les mois à venir.

Alors voilà, une dernière citation pour se dire au revoir donc, c’est un message que je cherche à placer depuis longtemps sans y parvenir vraiment mais qui est pourtant le reflet exact de ce que je pense profondément du monde tel qu’il va (et oui que voulez-vous jusqu’au bout je reste un blogueur qui donne son avis sur « le monde tel qu’il va » ;) )

« Quand le Tao se perd, il y a la bienveillance.
Quand la bienveillance se perd, il y a la morale.
Quand la morale se perd, il y a le rite.
Le rite est l’enveloppe de la vraie foi,
Le début du chaos. »

Des bises à tous.

Oui même à toi.

 
[custom-facebook-feed]