D’un bicentenaire l’autre.

Comme vous le savez (à moins de vivre au fin fond d’un trou ce qui, au fond, est une position enviable) nous venons de passer les 200 ans de waterloo, la fin de napoléon donc. Un bicentenaire. Un bicentenaire qui m’en a rappellé un autre, celui de 89, vous en souvenez-vous ?

Et bien moi, personnellement , au fond, ça m’a fait un choc. Il y a, dans ma psychée, entre la prise de la bastille et la fin du règne de napoléon tout un monde, une abysse, plus d’un siècle, une époque, voire deux… Mais non et ces bicentenaires nous les rappellent, entre Louis XVI qui note « rien » sur son tableau de chasse et l’exil sur l’ile d’Elbe il n’y a donc que… 26 ans. Rien du tout au fond, à peine un petit bout de vie…

Et pour montrer a quel point cette période est courte j’ai eu envie de me demander à quoi elle a correspondu, dans ma vie à moi, cette même période qui a changé totalement l’histoire de France..

( ceci dit, non je ne me considère pas comme le mètre étalon de toute chose… Mais en même temps c’est mon blog perso hein…).

Et donc…

14 juillet 1789 : Prise de la bastille

14 juillet 1989 : J’ai 13 ans et après une année entière de cinquième à bouffer de la révolution, je participe à une retraite aux flambeau dans un coin paumé de France (où?) où mes parents ont déplié leur caravane. Je me souviens de nos voisins de camping (un couple de profs) je me souviens des lampions… Et en gros, euh, c’est tout. A la télé je verrais des semaines plus tard, quelques extraits de Jessie Norman qui descend les champs Élisée enturbannée en bleu blanc rouge.

 

 Juin 1791 :  Fuite à Varenne.

Juin 1991 :  j’ai mon brevet, youpi. Ma prof de français vérifie sur le minitel et me donne l’info avant l’affichage officiel ( avez-vous remarqué  que les gens sont toujours pressés de vous donner ce genre d’infos uniquement quand vous avez réussi, alors que c’est par définition quand vous avez échoué à un examen que vous préfèreriez éviter le tableau d’affichage…).

21 janvier 1793 : Mort de Louix XVI

1993 : Je suis en première S et je me rends compte à quel point je les sciences me sont imperméables…

En fait non, j’enjolive.

Je suis en première S sans avoir réfléchi une seconde si j’aimais vraiment les maths ou pas , ni la physique, en fait je n’ai pas eu le choix. Je suis dans une des «  » » »meilleures » » » classe de première du lycée et je me fais démonter tous les jours par une bande de boutonneux arrogants et un groupe de profs qui me prennent carrément pour un débile…

Dans les couloirs en attendant les cours, je lis du Becket, je suis aussi le seul garçon de la classe a sortir avec une fille (une vraie pas une qui n’apparait que pendant les vacances). On a les rebellions que l’ont peut.

1792- 1794 : La terreur

1992-1994 : Moi je prépare mon Bac D (oui c’est plus calme)

1795: Le directoire succède à la convention

1995 :  Je commence mes premières années de médecine.

1796-1798 : Campagnes miltaire de Bonaprte en Autriche, italie et Egypte

1996-1998:  Je me plante en médecine et je commence mon école d’infirmier.

1799 : Le consulat succède au directoire

1999 :  Je suis infirmier diplômé.

1800 : Bonaparte est nommé premier consul

2000 :  Je fête la fin du millénaire dans une fête cosmique, dans un endroit que je ne reverrais jamais, avec des gens que je ne reverrais jamais, encore une fois je ne vois rien des festivités officielles puis je plante en beauté mon année de puériculture. Seul mon inconscient et moi-même savons ce qu’il s’est passé exactement cette année-là.

Et encore, parfois j’ai des doutes.

1804 : Bonaparte premier empereur

2004 : Je me lance en libéral et j’ouvre un blog…

1805 : Défaite à Trafalgar, victoire à Austerlitz

2005: je suis en libéral et j’écris énormément, des romans, des pièces, des scénarios ..qui me reviennent tous dans la tronche. Les blogs sont à fond, moi aussi.

Mars 1811 : naissance du prince de Rome premier fils de Napoléon

Mars 2011 : Ma première pièce « hôtel particulier » est jouée par des pros, chant du cygne des blogs et du mien qui devient quelques temps le premier blog infirmier de France (faut dire que la concurrence n’est déjà plus énorme non plus ;) )

1812 : Campagne de Russie

2012 : je suis en libéral et j’auto publie mon premier texte « le chant des grimaces  » qui fait un sucés énorme… et se vend à 34 exemplaires (à ce jour!). Je suis contacté par la presse pro pour la première fois, ils me demandent un dossier sur les prescriptions ide, je me lance.

1814 : Défaite de leipzig, napoleon est déporté sur l’ile delbe

2014 : Je suis toujours en libéral et peu à peu j’écris de plus en plus dans la presse pro.

1815 Waterloo, Napoléon est déporté sur l’ile d’elbe

2015 : Je suis en libéral, je prépare mon deuxième roman… et je vais prendre mes vacances sur l’ile d’aix ! (ça compte? ;))

Mon dieu, comme le temps file.

2 réponses sur “D’un bicentenaire l’autre.”

  1. Bonjour Yann !
    26 ans, « à peine un petit bout de vie » ? Je ne suis pas d’accord :-) c’est tout de même… un quart de siècle ! ;-)
    Je suis d’accord quand même un peu : ça passe finalement assez vite. Et en même temps, 26 ans c’est énorme, un empire peut s’y construire une civilisation y disparaitre, et nous, misérables petites fourmis, ça nous laisse bien du temps… Entre autre, 25 ans, le temps de faire un enfant et de l’amener à l’âge d’homme…
    Je suis admirative par votre capacité à mener de front plusieurs activités, j’aimerai être capable d’en faire autant, je me contente de travailler, d’écrire et de lire un peu…
    Bonne continuation, je lis votre blog avec toujours autant d’intérêt !

    1. Oui c’est exactement ça : 25 ans c’est suffisant pour bâtir et perdre un empire… Et à peine hier pour une vie « lambda »… Mystère.
      Quant à mener plusieurs sujets de front je vous donne mon secret : je n’ai pas d’enfant et je bosse tout le temps ;)
      des bises et merci pour votre fidélité !
      yann

Les commentaires sont fermés.