«

»

La pilule, l’infirmière et la marmotte…

Depuis que je je bosse sur les prescriptions infirmières j’ai appris pleins de trucs et notamment que grâce à  l’article L4311 du code de la santé publique modifié par la loi n°2011-525 du 17 mai 2011, toutes les infirmières (donc même Jeanine, qui est en ophtalmo depuis 12 ans…) peuvent prescrire un renouvellement de pilule contraceptive si la prescription date de moins d’un an et cela pour 6 mois. Alors du coup c’est la fête!

Ouaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiisssssssssssss!!!!

Évidemment vous autres béotiens, ne comprenez pas trop pourquoi ce droit est sorti…

En fait et techniquement il n’est/ sera/ serait utile que pour les infirmières scolaires confrontées à des ados plus bécasses les unes que les autres  qui, bien sûr, n’ont pas le temps (ou peur?) d’aller chez le gyneco renouveler leur pilule… Et qui préfèrent, au final, après un long tête à tête avec leur fer à défriser, baiser Kevin sans contraception plutôt que d’aller au planning familial 2 fois par an….

Et donc, pour éviter ces drames (le taux d’ivg chez les jeunes augmente… En 2011… si,si) le législateur s’est dit que bon, tiens, ce n’est plus possible alors tant pis vas-y pour les infirmières, elles auront qu’à prescrire, ça ne coute rien et puis ça peut rapporter gros (moins de consultations chez le médecin et moins d’ivg). (ndlr: désolé si je suis un peu « ironique » avec nos amis les jeunes et leur sexualité d’adulte réfléchie mais que celui qui veut me jeter la première pierre aille passer 5 jours dans l’infirmerie d’un lycée pour voir…)

Soit.

Évidemment, pour exercer ce nouveau droit Jeanine et ses copines (moi?) ne perçoivent rien de plus et doivent bien sur bien vérifier à chaque fois que ce qu’elle renouvellent ne fait pas partie justement de la liste des contraceptifs qu’on ne peut pas renouveler (d’ailleurs pour éviter toute erreur, Jeanine s’est faire tatouer la liste sur la bras alors…). Enfin elles doivent se démerder en plus pour faire elles-mêmes leur ordonnances…. Parce que bon, faut pas déconner déjà que tu bosses gratos, tu ne crois pas que la secu va t’envoyer un ordonnancier non?

Soit.

Évidemment aussi, le législateur, dans sa grande mansuétude, a sorti, le même jour, un autre texte ( article l5125-23-1 modifie par loi n°2011-525 du 17 mai 2011 – art 89) qui donne exactement le même droit (renouveler pour 6 mois un traitement de moins d’un an de contraceptif) … aux pharmaciens.

Soit.

Alors bon, je ne sais pas vous mais déjà, Jeanine et moi on se disait « pouic, pouic, pouic…? » ou plus exactement : « c’est quoi ce droit de merde qui ne sert à rien ? » Voire « Ne nous prendrait on pas un peu pour des grosses truffes? »… Et puis aujourd’hui, apothéose, la marmotte explose en plein vol … et on apprend que certaines pilules contraceptives (dites « de la 3° génération ») augmenteraient le risque thrombo embolique (en clair le rsique de faire une phlèbite et/ou une embolie pulmonaire)…

Et là je me pose une question : imaginons que Docteur Pouic prescrive une pilule de ce type à Kevina, étudiante au lycée professionnel Serge Gainsbourg,  pour 6 mois. Au bout des 6 mois Kevina « n’a pas le temps » et puis « elle est trop stressée, attends » pour aller chez son médecin renouveler sa pilule alors elle se fait donc faire une prescription par l’infirmière du lycée (qui est bien gentille). Et là, après un mois de plus, Kevina fait une embolie pulmonaire…. Question à 50 euros : A votre avis qui est responsable ? Celui qui a produit la prescription initiale ou celle qui l’a reproduite en ne l’obligeant pas à consulter un medecin, ce sans en avoir vraiment de compétences, ni les moyens d’analyser la pertinence de la prescription, ni ses risques? MMMMM ? Vous pensez vraiment que le juge va dire « Ah ben non tout est de la faute du méchant docteur et la gentille infirmière qui travaille gratos à faire l’apprentie sorcière avec ses prescriptions sorite de world est parfaitement dans son droit » ? MMMM ???

Ainsi, pour ma part et en ce qui me concerne, sachant que :

1- La pilule n’est jamais une urgence vitale (si, si, je vous jure)

2- Les pharmaciens peuvent renouveler ce type de traitement et ont fait le double d’études que moi…

3- Je n’ai pas de formation particulière sur ce sujet…

4- La responsabilité est pour le moins floue (et face aux médecins quelque chose me dit qu’on n’est pas prêts de gagner un procès…)

4- Je ne suis même pas payé pour ça…

Et bien si on me demande de faire une prescription de ce type, ma réponse sera donc très  claire : Vafanculo !

Mais enfin, je laisse Jeanine et toutes les sauveuses gratuites du monde libre se mettre en accord avec elle-mêmes, bien sur… D’ailleurs j’en ai beaucoup parlé ces derniers temps et je comprends bien qu’un tel droit c’est une « vraie reconnaissance de notre autonomie » voire de notre « statut », non? Non? Comment ça non?

Ah bon?

;))

Ps1 : Accessoirement, en plus du texte sur le droit de prescrire, le législateur s’est engagé a produire une liste des contraceptifs que nous ne pouvions pas prescrire… Cette liste est toujours en attente…

Ps2 : Si vous regardez bien l’article sur les pharmaciens vous pouvez aussi apprendre que la pharmacien a le droit (le devoir?) , dans le cadre d’un traitement chronique, de vous avancer une boite de médoc pour ne pas vous laisser en rade le temps de décrocher une rendez vous chez le médecin… J’dis ça, j’dis rien…

Ps3 : Pour info (et juste pour rire ) l’infirmière du lycée Serge Gainsbourg, même si elle peut renouveler la pilule contraceptive, ne peut pas, par contre donner un dafalgan à votre fils sans ordonnance datée et signée. Ah non, non, et non, ça c’est de l’exercice illégal de la médecine ma bonne dame !!!

16 commentaires

No ping yet

  1. tatooide a dit :

    Je vais faire un parallèle peut être un peu scabreux au départ, mais après, tu vas comprendre…. Prenons la fameuse pub pour le vaccin contre les Papillomavirus ; et mettons le en parallèle avec la pilule contraceptive. A priori, rien à voir. Et ben si. Parce que sous tout ça, il y a UN truc, ESSENTIEL que les pouvoirs publics ont oublié : c’est la CAPOTE, BORDEL DE MERDE !!! Ca me fait hurler qu’on diffuse des spots de pub où on voit des mamans bien pensantes super fières d’elles parce qu’elles ont « préservé la santé de leur enfant » en les faisant vacciner. Mais putain, le premier truc à apprendre à ta fille, c’est que si elle veut être sexuellement active, elle prend ses responsabilités !!! Et elle utilise des capotes, en premier lieu. Et elle se renseigne sur les MST, la contraception et tout et tout. La pilule, ça ne préserve pas des maladies. Parce que être enceinte, ça peut s’arranger. Choper le Sida, beaucoup moins…. Enfin bon. Comme d’hab, ils font n’imp, et ça ME GONFLE !

    1. yann a dit :

      En fait, du haut de ma petite expérience j’ai vu 3 types de filles (les gars viennent moins). Celles qui vivent en couple a partir de 12 ans avec l’amoureux ventouse au bras… Celles qui se demandent si elles peuvent tomber enceinte en embrassant et n’osent pas regarder un garçon devant leurs « frères » et enfin celles qui se demandent si a 14 ans c’est normal de ne pas avoir encore osé la sodomie… Pouic, pouic,pouic… Ce qui me fait penser que le fils d’une amie a fait « ça » pendant les vacances : il a 14 ans et est en 5°… Re pouic, pouic,pouic…
      Bref tout ça pour dire que la plus sage c’est vraiment capote + pilule + vaccin si possible… Parce que personnellement j’imagine à peine des fois, deux grands cerveaux fébriles autour d’un pauvre bout de plastique…
      ;))
      Enfin tous mes vœux aux mères d’ados hein ;)))

      1. tatooide a dit :

        C’est bien ça le problème : la « sexualisation » des très jeunes ados. A 12, 13, 14 ans, c’est bien trop jeune, physiquement, émotionnellement, intellectuellement, pour avoir des relations sexuelles. Mais il y a une telle médiatisation du sexe, pour ne pas dire banalisation, qu’ils se sentent sous pression, et « obliger de le faire » pour ne pas passer pour des gros tarés. Je vais passer pour une pauvre vieille fille fleur bleue, mais j’aimerais qu’en dehors de l’aspect « fun » du sexe, mes enfants, arrivés à l’âge de comprendre ce qu’ils font, comprendre que le sexe, c’est pas juste un jeu. C’est un échange. Ca ne se fait pas n’importe comment, avec n’importe qui. Du moins pas dans les début de notre vie active sexuellement. J’aimerais qu’ils gardent à l’esprit (parce que je n’ai que des garçons) que les filles ne sont pas des jouets. Et qu’ils n’en sont pas non plus !!! Que c’est avant tout de l’amour, avant d’être du sexe… mais ça… même certains adultes, ça les dépasse. Alors oui, je vis au pays des bisounours. Mais je ne pense pas avoir complètement tord. Même que parfois, aux pays des bisounours, on s’envoie en l’air aussi juste pour le plaisir, mais avec des CAPOTES !

        1. yann a dit :

          Oui alors vaste, vaste, vaste débat … que je n’avais pas prévu d’ouvrir ici ;)).
          Reste que, pour revenir à la prescription de pilule par l’ide du lycée, je trouve que justement ça va dans le sens d’une déresponsabilisation et d’un normalisation un peu contre productive… Pire ça va dans le sens du « tout, tout de suite des ados » ce qui lui donne certes de l’efficacité mais qui rentre aussi dans leur jeu… Et je ne suis pas sur que déresponsabilisation et éducation sexuelle aillent bien ensemble… Ou alors on met carrement la pilule dans les machines à café du lycée et on n’en parle plus ;))). Quand aux drames familiaux rencontrés (quand les parents ne veulent pas de la pilule et que la fille a un copain) de même, je ne suis pas sur que ce soit notre rôle de prendre ce genre de décisions… Il y a suffisamment de structures, suffisamment de médecins et de pharmacies non? Parce que après si on doit rencontrer les parents… On passe pour quoi et pour qui? Quel rôle on leur donne?…
          Vaste débat donc…

    2. chantal a dit :

      vous avez bien raison. Le préservatif est un peu oublié dans le débat sur IST/MST et le SIDA n’est pas le plus répandu, hépatite l’ait bien plus mais moins « mortels » et moins médiatique. Une activité sexuelle enclenche sa responsabilité et là, pas besoin de se cacher derrière des pseudo excuse du genre: mon ami n’a pas voulu ou impossibilité d’obtenir des renseignements, etc, etc. et ce n’est pas seulement valable pour les ados, les adultes également.

      Puis, pourquoi les enfant veulent-ils à 12,13, 14 ans être active dans ce domaine? Alors qu’ils ne sont plus infantiles que leur parent au même âge. L#enfance est si courte, pourquoi encore la raccourcir?

      Bonne soirée

      1. yann a dit :

        Euh vaste débat… Mais en tous cas comme je le disais moi je suis pour le combo capote + pilule… Avec des ados on n’est jamais trop prudents… Quant à cette volonté de s’hyper sexualiser c’est un problème complexe… Et surtout beaucoup plus variable maintenant je pense d’un jeune à l’autre… (au même age certains en sont au touche pipi quand d’autres tournent des films porno), ce qui rend difficile je pense de trouver un discours efficace pour tout le monde…

  2. chantal a dit :

    Pour l’avancement d’une boite, je le savais. Même avec une ordonnance périmée on peut obtenir (mais non rembourser) son traitement. Du moins en France(déjà dans les années 1980), en Allemagne c’est vraiment uniquement avec une nouvelle ordonnance.

    Par contre pour l’infirmière et la pilule contraceptive, je pense qu’en cas de pépin le coupable sera l’infirmière.

    Bonne soirée

    1. yann a dit :

      De toutes façons pur peu que vus le connaissiez un peu tous pharmacien « normal » va vous faire l’avance et se rattrapera sur la prescription suivante… Disons que ce texte permet aussi de le faire avec ceux qu’on ne connait pas…
      Et oui je pense aussi que c’est pour la pomme de l’ide…

  3. un autre a dit :

    Sauf que, le vaccin soit, mais, et je n’ai rien contre les vaccins, enfin certains, le vaccin disais-je, semble initier l’apparition de, comment dire, nouvelles souches virales qui, jusque là, étaient absentes du fait de la présence des souches combattues par le vaccin.
    En clair, c’est comme si on avait éliminé une population virale, somme toute normale, et, ce faisant, permis l’apparition d’une nouvelle population qui jusque là se contentait des restes laissés par l’ancienne. Et il semblerait aussi que cette nouvelle population soit aussi toxique que celle que l’on cherche à éliminer.
    Finalement, le préservatif, il y a que ça de vrai

    1. yann a dit :

      Oui… Je sais… Vaste débat le vaccin… Que j’ai pas trop envie d’ouvrir, parlez en avec votre médecin préféré ;)))… Mais le combo capote + pillule, quoi qu’on en dise c’est quand même le plus sur… ;))

  4. Mercredi a dit :

    Quelques réactions:

    Quel travail gratuit ? Jeanine n’est pas payée pour travailler au lycée ?
    A part pour les bizones la sécu ne me fournit pas mes ordonnanciers, j’ai un gentil imprimeur à qui je donne plein de sous. Et même, figurez-vous que je paye aussi pour faire son travail (à la sécu), vu que je fais partie de la tribu des bons et cons (65 euros par mois pour lui faire économiser 1 euros par feuille de soin télétransmise), mais c’est un autre débat …
    Si Kevina fait une embolie pulmonaire, je pense qu’elle pourra taper aussi bien sur le prescripteur initial qui a choisi la pillule (en toute connaissance de cause … enfin …parfois …), que sur la brave Jeanine, mais aussi penser à attaquer le fabriquant de tabac (vu qu’elle n’a pas su choisir entre tabac et pillule, le jackpot en matière de thrombose veineuse).

    Kevin et Kevina sont parfaits dans leur rôles.

    Et sinon, on peut demander aux vétérinaires …

    1. yann a dit :

      Bon mercredi… on va reprendre…
      -Pour Jeanine ok, je me suis emballé je pensais aux libéraux qui n’ont pas le droit de faire de « visites »… Et donc tout ce qu’ils prescrivent c’est pour leur pomme… Reste à savoir si ce sur risque fait partie de l’emploi normal de jeanine…
      - Oui euh mercredi, qui êtes vous? Si vous êtes médecin votre consult est à 23 euros de base… Nous la base est est a moins de 4 euros… j’dis ça j’dis rien…
      -Si kevina fait une embolie ça se jouera entre le médecin et l’ide. Entre l’ordre des médecins et celui des ide (mouahahahahahahahahahahaah)
      -Ou au pharmaciens qui tiens justement ont le droit…
      Bref et pour conclure, sincèrement mercredi, c’était quoi le message? (vous avez le droit de ne pas être d’accord avec moi mais de grâce faites le clairement… merci ;))) )

      1. Mercredi a dit :

        Je ne crois pas qu’il y avait vraiment de message dans mon post. Au pire un « chacun voit midi à sa porte » ou « chacun prêche pour sa paroisse », un truc dans le genre … Mais non, plutôt des humeurs contre toutes les âneries qui s’accumulent autour de nous. Et d’ailleurs je suis assez d’accord avec vous sur celle-ci : à part faire parler les bavards que nous sommes, elle n’apporte rien à personne.

        Et pour finir, deux remarques.
        La consult à 23 euros n’est pas une base, puisqu’elle est rarement majorée. La comparaison avec vos tarifs est probablement en ma faveur, mais n’oublions pas que toute comparaison de recette n’est pas une comparaison de revenu.
        Et l’embolie de Kevina devrait se jouer au tribunal plutôt que devant les ordres, il me semble. Il me parait moins facile de dire qui se fera le plus allumer alors.

        Ah finalement, j’ai une question: que signifie : « les libéraux qui n’ont pas le droit de faire des visites …et ce qu’ils prescrivent est pour leur pomme » ?

        1. yann a dit :

          Décidément mercredi je en comprends toujours pas ce que vous avez à dire… La vous réagissez sur votre propre réaction et pas sur l’article, cela devient conceptuel…
          Pour la consult a 23 euros rarement majoré je ne sais pas dans quel monde vous vivez mais dans le mien ca ne correspond qu’à la « consultation simple » d’un médecin généraliste au cabinet… Ce qui n’est qu’un cas parmi d’autres…
          Et pour conclure, je dis simplement qu’a ce jour, depuis 2007, date à laquelle nous avons hérité de droit de prescrire et donc de palier les oublis de nos amis médecins, la montant des soins n’a pas évolué du tout. Ce droit et la charge de travail qu’il amène est donc gratuit. Voila exactement ce que ça veut dire.

  5. Babeth a dit :

    Tu verras que bientôt, les aides -ménagères pourront renouveler les traitements et changer les pansements :-) Remarque, j’ai une collègue qui a fait une toilette mortuaire un jour… elle a pas osé refuser… pouic? (vas-y, hurle, tu as le droit!)

    1. yann a dit :

      Pas tout de suite mais bon puisque vous êtes censé faire ce que le patient peut faire seul, n’est ce pas? Et non je ne hurle pas, je ricane maintenant…

Commentaires désactivés